A Amsterdam avec ma valise à roulettes

Enthousiaste et impatiente, mon séjour tant remis est enfin planifié : à moi Amsterdam aux Pays Bas !

Tout est simple de ville à ville, mais depuis ma montagne, les Hautes Vosges, il nécessite une organisation d’enfer.

Déjà bloquer des dates, faire les réservations de TGV et Thalys. Billets en poche, je sollicite mon frère Arnaud pour me conduire à la gare de Remiremont le matin du dimanche 18 août 2019. Retour prévu l’après-midi du 25 août 2019, je précise même si, je pouvais rester plus longtemps et faire carrière sur place, petit clin d’oeil à mon petit frère Thibault.

Alors donc valise rouge à roulettes faite et tous mes traitements me voilà fin prête pour Amsterdam. Destination simplifiée dans la zone euro, juste une pièce d’identité, une carte de crédit, pratiquement tous les commerces utilisent le sans contact, fini l’argent liquide. Pour communiquer la langue anglaise s’impose.

Voyages et changements sans soucis avec le relais de mes soeurs aux gares de l’Est et du Nord à Paris. Qui sait, leur petite soeur aurait perdu son guide rouge avec le plan de Paris, second clin d’oeil aux vieilles branches dixit mes enfants.

Fan des voyages en rail j’ai apprécié le confort des trains et leur 1ère classe,  un repas sympa fut servi dans le Thalys, merci Thibault. Une attention de plus pour sa vieille soeur déglinguée et décalée. C’est agréable de se faire chouchouter par un homme de qualité même de sa famille.

Amsterdam me voilà.

Arrivée à Amsterdam Central, Thibault me fit embarquer sur un ferry noir de monde tant par des locaux que des touristes, un de ces mélanges qui me font plaisir, moi la sauvageonne montagnarde.

Une surprise m’attendait : une rave. Oui une rave en plein après-midi au milieu d’une brocante. La musique résonne, les gens rient et chantent et boivent. Tenues vestimentaires absolument hors du temps, boots santiags talons, robes improbables, costumes colorés, mais c’est encore la Gay Pride ! Je souris tant tout est nouveau et si arc-en-ciel pour moi, j’aime.

Reprise du ferry en passant par un hangar où règnent des architectes, des stylistes et des designers. Chacun a imaginé son lieu de travail et c’est renversant d’originalité carré et rond se côtoient. Direction la tour panoramique qui domine Amsterdam la moderne et Amsterdam l’ ancienne et ses canaux.

Je suis une voyageuse curieuse mais delà à monter sur une balançoire suspendue au-dessus du vide, non ! Une idée de mon petit frère pouffant de rire. La tour permet d’accéder à son somment grâce à un ascenseur rapide et lumineux, une féérie !

Re ferry et direction Central et le tram numéro 4 !

Ce tram dessert toute la ville d’Amsterdam du Nord au Sud avec des arrêts sur des places géniales où grouillent une foule et des habitants à pieds et bien sûr et évidement à vélo !

Il est judicieux de prendre un pass pour le séjour. Vous accédez par les portes signalées d’un logo et passez votre pass à la borne. Dans les trams d’Amsterdam, il y a un chauffeur et un guichetier bienvenu pour les touristes perdus ou sans titre de transport.

Arrêt pour nous dans l’artère principale et direction l’appartement qui m’accueille la semaine. C’est spacieux et surtout lumineux et avec un jardin, où je passe des heures à rêvasser ou écrire à ma chère fille, Laura, avide de nouvelles de mes péripéties.

Croisière de prestige.

En préparant mon séjour, j’avais en tête de faire une croisière sur les canaux et je fus gâtée en la réalisant dès le lundi dans de bonnes conditions. Le bateau qui m’emmena était un fier bateau blanc et bleu de prestige et seule avec une famille nous voguions à travers Amsterdam d’hier et d’aujourd’hui. Plein les mirettes je découvris de  jolies maisons accolées, façades soignées et bateaux amarrés bordant les quais. Ici un hôtel, là un hôpital dans des anciens docks de la cité fluviale.

Rien à envier à Paris et la Seine, bordée de monuments prestigieux. Non à Amsterdam c’est le calme sur l’eau et sur terre, le vélo est roi. Il y a tout de même de nombreuses compagnies qui sillonnent les canaux, mais ma croisière est à part et évite les bouchons sous les ponts. Merci à mon ami néerlandais Steff.

Ce qui me ravi, c’est le beau temps au rendez-vous cette semaine là et toutes les terrasses au bord des canaux qui donnent un air de guinguette. Les gens sont gais, sourient et profitent de la douceur de vivre loin du tumulte étourdissant de la ville envahie.

Tribulations.

Petite pause, j’en ferai toute la semaine, et je m’offre une part de tarte aux pommes et un décaféiné. Trop bon !

Pour faire mes courses, je vais chez Albert, la chaîne de supermarché où je trouve tout même mon tabac, oui je fume toujours. Donc je fais mes courses : fruits, légumes, pain complet etc et mes yaourts aux fruits.

Là au grand dam, la caissière ne prend pas la carte Visa ni le sans contact, alors petit tour à la borde bancaire située à l’entrée du magasin. C’est bien le seul commerce rencontré sans autre mode de paiement excepté la carte de débit néerlandaise.

Le matin, j’ai repéré un bar où je m’installe en terrasse avant de m’engouffrer dans le tram. Le barman est gentil et me reconnait les jours suivants :  » Ah déca with cold milk ! « 

En face Thibault m’entraînera dans un bar à jus de fruits. Ma nuit fut courte après avoir bu du jus de pomme à la menthe.

Mon ami néerlandais, Steff m’invita et j’écoutai l’histoire des us et coutumes de son pays. J’apprends encore et toujours et j’aime ça, les nouvelles cultures. Nous sommes allés faire des courses pour le dîner et avons marqué une pause au bar du quartier, à préserver pour les habitants étant le seul lieu de convivialité possible et encore authentique.

Le soir c’est fête et couscous maison, un régal. Non il n’y a pas que le hareng en Hollande. D’ailleurs je n’en ai pas vu ni lu sur les cartes au restaurant. Encore une légende urbaine.

Les places Rokin, Rembrandt et Frederik.

L’avantage d’être sur la ligne 4, c’est l’accès direct et continu aux principales places d’Amsterdam.

Depuis l’appartement, je choisis d’aller place Rokin où se dresse la statue équestre de la reine Wilhemina des Pays Bas. Et j’ai visité une boutique de sonnettes de vélo, une collection de sonnettes bariolée avec des thèmes sur la nature ou les émoji. Enfin, ce sont de grosses sonnettes rondes pas bien discrètes mais sympa. Thibault n’en a pas voulu, ça aurait été originale, non ?

Je suis montée jusqu’à Rembrandtplein, ( plein :  la place ) et ai regardé le groupe de statues représentant La ronde de nuit du peintre Rembrandt. C’est un ensemble de soldats en armes, d’un garçonnet et d’une fillette. La foule se presse autour et se fait photographier.

En passant, la ville fait nettoyer régulièrement le dit site, trop sales les gens.

Le musée Rembrandt et Vermeer.

Il y a des décennies que je n’avais franchi le porche d’un aussi célèbre musée. Depuis le temps, je vois réellement les grands peintres  hollandais comme Rembrandt et Vermeer. Les peintures sont magnifiques.

Dommage pour La ronde de nuit, ou peut être pas, la peinture subit un sérieux nettoyage, un gros appareil la recouvre, je n’ai vu que les côtés. Heureusement des fiches sont à disposition en français et anglais.

Bonne idée de mettre à disposition et gratuitement des chaises pliantes.

Pause à la buvette du musée et tarte aux fraises et à la crème.

Les moulins.

Pour clore mon séjour, je suis allée voir les moulins à vents à la mer, un rêve de gamine. Superbes, de vrais moulins en fonction m’accueillent. Pour bien voir au plus près, le bateau est nécessaire et vogue.

Une pause à la boutique de sabots et speculos s’impose, petits cadeaux du coeur.

Vous pensez que j’ai fait des impasses ? C’est volontaire, il manque des thèmes à mon séjour, ce sont entre autres le quartier Rouge qui ne m’attire pas du tout de voir des dames dans des vitrines et les Coffee Shop que j’ai regardé de l’extérieur où un vigile contrôle sacs et fait enlever les lunettes de soleil.

Grand merci à mon petit frère Thibault sans qui je n’aurais pu décoller et voyager jusqu’à lui, et, à notre ami Steff, local du lieu pour ses conseils et improvisations touristiques. Sans oublier Arnaud, frère et chauffeur toujours prêt ainsi que mes soeurs Nelly et Sylvie, fidèles supportrices de mes voyages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *